Actualité copropriété – Pourquoi les prix de l’énergie sont-ils si hauts ?

Tout le monde en parle depuis des mois : nous vivons une flambée des prix de l’énergie depuis le premier trimestre 2021. En mars 2022, le rapport annuel de l’INSEE chiffrait déjà cette hausse à 28,9 % en France (toute énergie confondue).

Les causes sont multiples et les observateurs ne s’accordent pas toujours sur l’origine de cette hausse. Toutefois, il semble que la guerre entre l’Ukraine et la Russie ait fortement favorisé ce phénomène.

Dans cet article, nous nous concentrerons sur le gaz et l’électricité, les deux énergies fournies en majorité dans les copropriétés françaises. On estime, en France, qu’environ 70% des installations de chauffage collectif sont au gaz.

Le marché de l’énergie en Europe :

Tout d’abord, il faut savoir que la France produit environ 2/3 de sa consommation électrique à partir des centrales nucléaires. Ainsi, elle ne dispose pas de la capacité de production suffisante pour répondre à ses besoins en énergie et a donc besoin de recourir aux marchés mondiaux. D’autant plus que la capacité de production nucléaire en France est mise à mal avec un parc vieillissant (près d’une centrale sur deux est à l’arrêt), ce qui pourrait engendrer des difficultés à alimenter le pays à l’hiver 2023 et dans les prochaines années.

Il se trouve qu’en Europe, en 2020, la production réalisée à partir du gaz représente une part non négligeable de la production d’électricité (environ 25% contre 32% pour le nucléaire et 37% pour les énergies renouvelables – source : connaissancesdesenergies.org).

Le prix du gaz impacte donc directement le coût de production du mégawatt et in fine son tarif de vente aux consommateurs.

L’info en plus : La production de gaz, ainsi que la production d’électricité grâce au gaz, dégagent des émissions de CO2, qui sont désormais réglementées et taxées.

En conséquence, le recours au gaz pour augmenter la capacité de production électrique génère mécaniquement une hausse des émissions de CO2 et ainsi une hausse de la fiscalité. Le prix de revient marginal du Mégawatt en est forcément impacté.

C’est pourquoi une décision politique prise dans les années 90 a conduit l’Europe à créer un mécanisme rendant le marché de l’électricité dépendant du marché du gaz. La conséquence est évidente :

Lorsque la demande en électricité augmente, le prix du gaz augmente donc par corrélation.

Ces derniers temps, les pays européens ont appelé à revoir ce système obsolète qui pénalise les consommateurs finaux.

Marché de l'énergie hausse des prix

Par ailleurs, le recours aux énergies renouvelables se développe doucement et est encore marginal dans le mix énergétique (en France, la production électrique est répartie de la manière suivante : 67% de nucléaire, 26% d’énergies renouvelables et 7% d’énergies fossiles – source : rte-france.com). De plus, même les pays en avance sur le recours aux énergies renouvelables sont toujours de gros consommateurs d’énergie fossile, tant la capacité de production d’énergies renouvelables est difficile à réguler et peu adaptée à la gestion des pics de demandes (dépendance aux conditions climatiques, peu de capacité de stockage, etc.)

Une première raison identifiée, ayant conduit à l’inflation actuelle, est commune aux deux énergies. En effet, lors de la pandémie du Coronavirus, les pays ont freiné leurs activités, et, comme beaucoup d’entreprises, les producteurs d’énergie ont ralenti les investissements sur leurs moyens de production et sur l’entretien des réseaux.

Pendant les confinements, les besoins en énergie ont diminué, ce qui a eu pour effet d’amplifier l’écart avec les besoins en énergie actuel suite au redémarrage simultané des économies mondiales. Cette forte amplitude, dans un marché régulé par la loi de l’offre et la demande, a fait mécaniquement augmenter les prix en cohérence avec le décalage entre la faiblesse de la capacité de production post pandémie et les besoins exceptionnels liés au redémarrage économique.

Le saviez-vous ?

L’Asie a particulièrement été demandeuse en gaz à la réouverture de l’économie mondiale, due aux nombreuses politiques environnementales conduisant à diminuer l’usage du charbon en énergie productrice.

Vous souhaitez en savoir plus sur la fourniture d’énergie en copropriété ?

Les conséquences de la guerre entre l’Ukraine et la Russie sur la crise actuelle de l’énergie :

Les importations de gaz naturel en France pour couvrir la consommation nationale proviennent majoritairement de Norvège. En 2020, seuls 9 % des importations de gaz naturel, en France, viennent de Russie.

Dans ce cas, pourquoi la guerre a-t-elle eu un impact en France sur le prix du gaz ?

D’autres pays européens importent une part plus conséquente de leurs consommations de gaz naturel depuis la Russie (comme l’Allemagne). Or l’Europe a décidé collégialement de freiner les consommations de gaz russe, ce qui va pousser ces pays à trouver de nouveaux fournisseurs, parfois non préparés à une telle augmentation de la demande. Ce gazoduc attire l’attention du monde entier, étant une nouvelle arme de représailles pour l’Allemagne qui souhaite retarder sa date de mise en route, ainsi que pour les États-Unis qui sont aujourd’hui au cœur des polémiques sur la détérioration du gazoduc. Sur fond de rivalité entre la Russie et les États-Unis, le projet de construction de ce gazoduc n’a pas fini de faire parler.

Une nouvelle fois, la loi du marché sera défavorable aux consommateurs, car les stocks ne seront pas suffisants et les fournisseurs, présents depuis l’ouverture à la concurrence de ces marchés, dans l’impossibilité de fournir des offres.

Observons également que l’Ukraine, bien que produisant peu de gaz, est l’une des routes d’acheminement principales pour le gaz transitant en Europe depuis la Russie. De nouvelles routes doivent être trouvées pour éviter toutes les difficultés d’approvisionnement de certaines régions : ces coûts de logistique pourront être répercutés sur le prix de vente du gaz naturel.

Au vu des différents conflits géopolitiques mondiaux, la stratégie de la France est d’être de plus en plus indépendante sur sa fourniture d’énergie. C’est pourquoi le recours aux chaudières gaz est limité dans les logements neufs. La France et l’Europe vont devoir repenser la stratégie de production d’énergie pour faire face aux hivers rudes et longs (reportant les périodes de stockage) et les étés à forte chaleur (augmentant la demande en électricité).

 

En conclusion, les augmentations successives sur le coût de l’énergie en France sont fortement liées aux politiques publiques et à la situation géopolitique mondiale. Cette dernière impactant les livraisons en énergie des pays importateurs et déséquilibrant le marché à la faveur des fournisseurs.

Vous souhaitez en savoir plus sur les solutions pour faire face à la hausse des coûts de l’énergie ? Restez connectés, nous publierons prochainement un article sur la renégociation des contrats d’énergie.

Pour ne pas manquer sa parution, abonnez-vous à notre page LinkedIn

Ces articles pourraient vous intéresser :

DPE collectif

DPE collectif

DPE collectifIssu de la loi Climat et Résilience 2021, le diagnostic de performance énergétique (DPE) collectif est obligatoire depuis le 1er janvier 2024. Il concerne les copropriétés de plus de 200 lots et les mono-propriétés ayant déposé leurs permis de construire...

Tri des biodéchets obligatoire en copropriété

Tri des biodéchets obligatoire en copropriété

La loi Anti-Gaspillage pour une Économie Circulaire (loi AGEC) impose depuis janvier 2024 en France le tri obligatoire des biodéchets. Chaque citoyen doit collecter ces déchets organiques dans des conteneurs spécifiques, et les municipalités assurent la collecte régulière. Les biodéchets comprennent les déchets alimentaires et verts, à l’exclusion de certains éléments. Le compostage est privilégié pour la valorisation des biodéchets. Les syndics doivent informer les résidents, et les copropriétés peuvent opter pour des composteurs collectifs. Les gestionnaires de copropriété jouent un rôle clé dans la communication et l’optimisation des coûts liés à cette démarche environnementale.