Chaudière numérique : un système de chauffage innovant pour réduire les charges de copropriétés

Selon le baromètre du numérique édition 2022, 89% des français possèdent au moins un ordinateur portable à domicile, personnel ou professionnel. En utilisant votre ordinateur, vous avez peut-être déjà constaté qu’il génère de la chaleur. Mais alors, comment valoriser cette chaleur générée par les ordinateurs ? C’est un défi que se sont lancées certaines sociétés à l’instar de la société française Qarnot qui propose un système innovant de chauffage numérique, intégrant des chaudières numériques et/ou des radiateurs numériques

1. Quel est le fonctionnement d’un système de chauffage numérique constitué de chaudières numériques et/ou de radiateurs numériques ?

Des calculs informatiques complexes dans des serveurs informatiques, reliés à une connexion internet, produisent de la chaleur. Cette chaleur n’est plus considérée comme un déchet, mais elle est valorisée par le biais de chaudières numériques et de radiateurs numériques, comme schématisé ci-dessous. 

Chaudiere qarnot

Source : Technologie Qarnot (efficycle.fr)

Bon à savoir :

Cette revalorisation de la chaleur entraîne une diminution des coûts liés au refroidissement installé dans la salle des serveurs 24h/24 et 7j/7 (aspiration d’air, armoires à froid, ventilation, climatisation…). En effet, le refroidissement des baies de brassage est obligatoire, pour des questions de sécurité, afin de stabiliser l’état des serveurs. C’est aussi un moyen pour les copropriétés de baisser leurs coûts de chauffage.

La chaudière numérique participe au préchauffage de l’eau chaude sanitaire. Sa température maximale de chauffe est de 65°C. L’eau entrant dans la chaudière numérique se charge de calories générées par le serveur, récupère jusqu’à 96% d’énergie pour chauffer l’eau chaude sanitaire et réduit ainsi la consommation électrique nécessaire au chauffage de l’eau.

Le radiateur numérique chauffe grâce à la chaleur émise par les microprocesseurs présents dans les serveurs complexes. 

Bon à savoir :

Ce système innovant de chauffage numérique a été reconnu par le Ministère de la Transition Écologique comme système utilisant l’énergie renouvelable et de l’énergie de récupération et s’inscrit dans la RE 2020.

En effet, ce système permet un abattement de la consommation électrique de 70% pour les radiateurs numériques et de 100% pour les chaudières numériques, ce qui diminue les coûts et  l’impact environnemental des systèmes de chauffe dans les copropriétés. 

2. Pour qui et pour quelle infrastructure est destiné ce chauffage numérique ?

Le pré-requis pour la mise en place de ce système innovant de chauffage est la présence de serveurs informatiques dans le(s) bâtiment(s), aussi bien neuf(s) qu’ancien(s). Suite à la demande de bailleurs sociaux ou de promoteurs immobiliers auprès de fournisseurs agréés, l’installation de ce type d’équipement peut s’effectuer en amont lors de la construction des copropriétés, dans le cadre d’un programme neuf. Pour installer un chauffage numérique dans le parc existant, l’accord des copropriétaires lors de l’AG est une étape obligatoire avant d’engager les travaux nécessaires à cette installation.

Les radiateurs numériques et/ou les chaudières numériques peuvent être installés dans le cadre de rénovations ou de constructions de bâtiments aussi bien résidentiel que tertiaire, comme par exemple pour des bureaux à usage professionnel, mais aussi pour des piscines, des réseaux de chaleur, des bâtiments publics et des bâtiments industriels.

Immobilier neuf

Bon à savoir :

Le coût d’installation d’une chaudière numérique varie en fonction de la taille de la copropriété, du besoin énergétique du bâtiment, du type de chaudière déjà présent sur site et du nombre de modules nécessaires au fonctionnement optimal de la chaudière numérique.

Les coûts de maintenance sont inclus “à vie” dans le contrat d’installation puisqu’il s’agit d’un système innovant et que peu de fabricant le propose à la vente.

3. Exemples de rénovations de copropriétés par l’installation d’une chaudière numérique reliée à une chaudière gaz déjà existante

Un bailleur social (Aiguillon), souhaitant diminuer les charges de ses locataires associées à la consommation d’eau chaude sanitaire, a fait installer une chaudière numérique (composée de 3 modules) raccordée à sa chaudière gaz déjà existante. La chaudière numérique ainsi créée a permis de fournir 3% de la puissance de chauffage et de couvrir jusqu’à 40% des besoins en eau chaude sanitaire de la résidence. La chaudière gaz, déjà en place, n’intervient que lors de pics de demande, le matin et le soir. Cette installation a permis une diminution de la charge des locataires sur la partie chauffage et eau chaude sanitaire.

Dans le cadre de l’une de nos missions, nous avons évalué les frais de charges de copropriétés pour un programme neuf prévoyant l’installation de ce système de chauffage innovant, à l’appui d’une chaudière à gaz. La chaudière numérique assure un préchauffage de l’eau chaude sanitaire ce qui réduit les dépenses liées aux consommations d’énergie de l’ordre de 20 à 30%. Si le fournisseur de la chaudière numérique prend bien à sa charge les frais de maintenance associés à cet équipement, cette solution est donc sans frais pour la copropriété.

    Comparatif chaudière

    Conclusion

    Ce système, revalorisant la chaleur générée par des serveurs, s’inscrit dans les exigences de la RE 2020 et permet de diminuer les besoins d’énergies des copropriétés et donc d’améliorer la classe énergétique du bâtiment. Concrètement, ce type de chauffage innovant permet une diminution de 20 à 30% de vos dépenses de charges de copropriété en lien avec l’énergie.

    Certains bailleurs sociaux et promoteurs ont déjà mis en place cette solution dans des bâtiments collectifs et tertiaires et l’utilisent soit comme un système de chauffage principal dans un ensemble de bâtiments existant – en utilisant ponctuellement le système de chauffage traditionnel – soit en l’installant dans un programme neuf.

    Estimer vos charges de copropriété avec ce système de chauffage innovant

    Ces articles pourraient vous intéresser :

    DPE collectif

    DPE collectif

    DPE collectifIssu de la loi Climat et Résilience 2021, le diagnostic de performance énergétique (DPE) collectif est obligatoire depuis le 1er janvier 2024. Il concerne les copropriétés de plus de 200 lots et les mono-propriétés ayant déposé leurs permis de construire...

    Tri des biodéchets obligatoire en copropriété

    Tri des biodéchets obligatoire en copropriété

    La loi Anti-Gaspillage pour une Économie Circulaire (loi AGEC) impose depuis janvier 2024 en France le tri obligatoire des biodéchets. Chaque citoyen doit collecter ces déchets organiques dans des conteneurs spécifiques, et les municipalités assurent la collecte régulière. Les biodéchets comprennent les déchets alimentaires et verts, à l’exclusion de certains éléments. Le compostage est privilégié pour la valorisation des biodéchets. Les syndics doivent informer les résidents, et les copropriétés peuvent opter pour des composteurs collectifs. Les gestionnaires de copropriété jouent un rôle clé dans la communication et l’optimisation des coûts liés à cette démarche environnementale.

    Copropriétés en difficulté

    Copropriétés en difficulté

    Découvrez les enjeux et solutions pour les copropriétés en difficulté en France : de la gestion des impayés à l’équilibre financier, cet article offre un éclairage complet sur les défis et recours disponibles.