|FLASHINFO|📢 « Choc d’offre » pour le logement : les annonces du Premier ministre Gabriel Attal suscitent des rĂ©actions mitigĂ©es

🗣️ Le 30 janvier 2024, lors de son discours de politique gĂ©nĂ©rale devant l’AssemblĂ©e nationale, le Premier ministre Gabriel Attal a abordĂ© la question cruciale du logement en annonçant un « choc d’offre » pour stimuler la construction et faciliter l’accès au logement.

📜 Principales mesures annoncées :

Encourager la construction de logements : Intégration du logement locatif intermédiaire (LLI) dans la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains (SRU). Cette mesure vise à soutenir les classes moyennes en élargissant le calcul des quotas de logements sociaux.

Simplification des normes : RĂ©vision du Diagnostic de Performance EnergĂ©tique (DPE) et simplification de l’accès Ă  MaPrimeRĂ©nov’. Le gouvernement cherche Ă  faciliter les procĂ©dures et Ă  accĂ©lĂ©rer la construction dans certains territoires.

RĂ©vision de la loi SRU : Modification du dĂ©compte des logements sociaux au titre de la loi SRU en ajoutant les logements intermĂ©diaires dans le calcul. Cette mesure vise Ă  diversifier l’offre de logements sociaux et Ă  rĂ©pondre aux besoins des classes moyennes.

Soutien aux bailleurs sociaux : Maintien du taux de rémunération du livret A à 3% et appui financier aux bailleurs sociaux, notamment pour la rénovation énergétique des logements sociaux.

RĂ©quisitions de bâtiments vides : Engagement Ă  procĂ©der Ă  des rĂ©quisitions de bâtiments vides, en particulier des bureaux, pour crĂ©er de nouveaux logements. Cette mesure s’inscrit dans la volontĂ© de mobiliser des ressources existantes.

đź’¬RĂ©actions diverses sur ces mesures :

– L’Association des maires de France (AMF), salue la reconnaissance de la compĂ©tence des maires dans l’attribution des logements sociaux. 

– L’Union sociale pour l’habitat (USH) exprime des rĂ©serves, soulignant que les mesures annoncĂ©es sont insuffisantes pour rĂ©pondre Ă  la crise du logement, notamment concernant le budget et le nombre de logements sociaux prĂ©vus sont considĂ©rĂ©s comme largement insuffisant.

– La FĂ©dĂ©ration nationale de l’immobilier (FNAIM) critique certaines mesures, notamment la rĂ©vision de la loi SRU, et estime que le gouvernement devrait davantage soutenir l’action des syndics de copropriĂ©tĂ© dans la rĂ©novation Ă©nergĂ©tique.

Les rĂ©actions au discours de Gabriel Attal sont diverses. Mais la majoritĂ© des experts estiment que les annonces manquent d’ambition et soulignent l’importance d’une approche plus globale, notamment une rĂ©forme de la fiscalitĂ© immobilière, pour vĂ©ritablement relancer le marchĂ© du logement.

đź”— Conclusion

Alors que la crise du logement persiste en France, les mesures annoncĂ©es par le Premier ministre visent Ă  stimuler la construction, simplifier les procĂ©dures et diversifier l’offre de logements.

Cependant, des critiques persistent, soulignant la nĂ©cessitĂ© d’une vision plus large et de mesures plus ambitieuses pour rĂ©pondre efficacement Ă  cette problĂ©matique majeure. Les prochains mois seront cruciaux pour Ă©valuer l’impact concret de ces annonces sur le secteur du logement.

 

Contactez nous pour estimer vos charges de copropriété

Ces articles pourraient vous intéresser :

Inflation des charges de copropriété : analyse approfondie

Inflation des charges de copropriété : analyse approfondie

L’inflation des charges de copropriĂ©tĂ© en France entre 2022 et 2023 est due Ă  l’augmentation des salaires minimums, Ă  l’indexation des contrats de services, Ă  la hausse du prix de l’Ă©nergie et Ă  l’augmentation des primes d’assurance. Ces facteurs ont entraĂ®nĂ© une augmentation des coĂ»ts, ce qui a impactĂ© les charges de copropriĂ©tĂ©. Une gestion prudente des dĂ©penses est nĂ©cessaire pour maintenir l’Ă©quilibre financier des copropriĂ©tĂ©s.