fbpx
09 86 45 11 45 bonjour@econhomes.fr

Quelles sont les solutions de chauffage dans une copropriété ?

Selon l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), 31% des logements sont équipés de chauffage électrique. Même si bien des avantages sont mis en avant, cette solution est la plus coûteuse … et la tendance est à la hausse.

Quelle est la meilleure solution de chauffage pour une copropriété ?

Tout d’abord, il est important de faire la distinction entre le chauffage individuel (gestion au niveau du lot) et le chauffage collectif (gestion au niveau de la copropriété).

Le recours à un chauffage individuel : seul dans ses choix… mais aussi dans les soucis !

Avantages : Liberté de choix et d’actions (fournisseurs, période de chauffe, température, énergie fossile ou verte), réactivité dans le dépannage de vos installations.

Inconvénients : Perte de place (pour l’installation de la chaudière ou du ballon, voire du combustible : bûches, granulés), coût plus élevé à l’achat sur le matériel et le combustible, gestion individuelle (recherche de prestataires, suivi des contrats).

 

Le recours à une solution de chauffage collectif : de nombreux avantages… si on est en phase avec ses voisins !

Avantages : Gain de place dans les logements, chaufferie collective ou sous-station dans un local dédié, dépenses partagées (installation, maintenance, réparation…), prix du combustible inférieur par l’effet volume.

Inconvénients : Risque de surconsommation (période de chauffe “subie”), “on chauffe pour les autres”, risque de dérive des dépenses…

Il faut ensuite s’intéresser aux différents types de chauffage en copropriété…

Vous souhaitez réaliser des économies sur vos dépenses en chauffage ?

Chauffage au gaz naturel en copropriété
Chauffage au bois en copropriété
Radiateur chauffage électrique en copropriété

Les différents types de chauffage :

Électricité :

Chouchou des Français, pour une raison de simplicité dans l’acquisition, l’installation et la gestion quotidienne. Cette énergie est pourtant la plus chère et dans le cas de certains radiateurs anciens, peut avoir un risque d’exposition à l’amiante.

Le marché de l’électricité est en constante augmentation, la demande est à la hausse et les infrastructures de production sont vieillissantes. La problématique de cette énergie est qu’elle se stocke mal, ainsi le nombre de centres de production doit croître aussi vite que la demande.

 

Gaz naturel :

Il s’agit de la seconde source de chauffage la plus utilisée en France, grâce à sa simplicité de raccordement au gaz de ville, aux aides proposées par l’Etat pour certaines chaudières dans une démarche de rénovation énergétique… Ses avantages portent sur la sensation de confort, la performance énergétique et le prix compétitif.

Le principal défaut provient des risques (intoxication au monoxyde de carbone et explosion), et donc du besoin d’entretien régulier de la chaudière. Cette solution engendre donc des coûts de maintenance à intégrer quand on compare les différentes solutions.

Bois :

Le poêle à bois, actuellement le grand séducteur (1 français sur 7 a craqué) !
A bois ou à granulés, il est considéré comme une énergie écologique. Mieux encore, il est plus économique que la plupart des autres énergies renouvelables. Il a également l’avantage d’être un atout charme pour la décoration de votre salon.
Attention toutefois, il faut disposer d’une évacuation extérieure (risque d’intoxication au monoxyde de carbone), d’un contrat de maintenance des conduits et de l’accord de la copropriété.

Il est également nécessaire de veiller à utiliser une bonne qualité de bois/pellets. Le choix de la composition du combustible conditionne notamment l’encrassement du système de chauffe, la vitesse de combustion et les émissions de CO2 : densité, taux de fine, humidité, traçabilité….

Le Réseau de Chaleur Urbain :

Le Réseau de Chaleur Urbain (autrement appelé chauffage urbain) se développe essentiellement dans les métropoles. Cette solution est dite “propre” car le mode de chauffage utilisé est basé au minimum à 50% sur des énergies renouvelables.

Attention cependant au coût de raccordement, au pourcentage d’utilisation d’énergie renouvelable (s’il est inférieur à 50% alors le taux de TVA est impacté), et à la faible marge de manœuvre une fois raccordé. Le coût du MWh est en effet non négociable, il est fixé lors d’un marché public passé par la ville avec les exploitants.

Fuel :

Le dernier du classement. Bien qu’il soit encore considéré comme confortable, celui-ci n’a plus la même côte qu’il y a quelques décennies ! Les raisons : son risque d’explosion, le coût d’entretien de la chaudière, le coût élevé de la fourniture, et surtout la pollution générée.

C’est effectivement pour des raisons écologiques liées aux vapeurs polluantes rejetées que la taxation sur le Fuel augmente progressivement. Certaines communes, comme Paris, vont jusqu’à contraindre les immeubles à rénover leur chaufferie pour passer vers une énergie plus verte (comme le réseau de chaleur urbain ou le gaz naturel).

Choisir une énergie renouvelable, c’est faire un geste pour la planète et bénéficier d’un coup de pouce de l’état  : vous profitez d’une TVA réduite !

Les Certificats d’Economies d’Energies (CEE) peuvent aussi aider au financement du remplacement de votre solution de chauffage.

Pour compléter ces informations et obtenir des conseils personnalisés pour votre immeuble, nous vous invitons à vous rapprocher des organismes territoriaux de votre région, de l’Ademe ou de la FLAME (Fédération pour les agences locales de l’énergie et du climat).

Vous souhaitez en savoir plus sur les solutions de chauffage ?

Nos experts répondent à toutes vos questions :

Ces articles pourraient vous intéresser :

réduire les coûts de maintenance chaudière

Comment réduire les coûts de maintenance de sa chaudière ?

ramonage entretien cheminée copropriété

Les obligations de ramonage des cheminées de la copropriété

vérification des comptes de la copropriété

Comment vérifier les comptes de votre copropriété  ?